Comment gérer la constipation causée par la chimiothérapie

Comment gérer la constipation causée par la chimiothérapie

La chimiothérapie est essentielle dans le traitement du cancer. Mais elle peut parfois rendre la situation plus compliquée qu’elle ne l'ait déjà. 

L'un des problèmes auxquels vous pouvez être confrontés, c'est la constipation. Ce sujet est à l’apogée du glamour, mais est un symptôme récurrent. Il ne faut donc pas être gêné d’en parler.

La constipation peut vraiment rendre les journées difficiles, surtout quand on se bat déjà contre le cancer et qu'on essaie de rester fort. C'est pourquoi il est vraiment important de trouver des moyens de gérer cela, afin que vous puissiez vous concentrer sur votre traitement et sur votre bien-être général.

 

Comprendre la constipation liée à la chimiothérapie

Certains médicaments que vous utilisez en chimiothérapie peuvent ralentir votre transit intestinal, entraînant ainsi une constipation. Les agents cytotoxiques, qui détruisent les cellules cancéreuses, peuvent également affecter vos cellules saines du système digestif, perturbant son fonctionnement normal.

Les analgésiques, en particulier les opioïdes, souvent prescrits pour gérer votre douleur liée au cancer, sont connus pour causer de la constipation. De même, les antiémétiques utilisés pour prévenir vos nausées et vos vomissements induits par la chimiothérapie peuvent ralentir le mouvement de vos intestins.

Vous pouvez également être moins actif physiquement en raison de la fatigue et des autres effets secondaires du traitement. Cette réduction de votre activité physique peut ralentir votre transit intestinal. De plus, les changements alimentaires, tels qu'une consommation insuffisante de fibres et de liquides, peuvent également contribuer à votre constipation.

Les symptômes de votre constipation incluent des selles peu fréquentes ou difficiles à évacuer, des douleurs abdominales, une sensation de ballonnement et de l'inconfort. Vous pouvez également ressentir une sensation de vidange incomplète après une selle.

Il est important de consulter un professionnel de santé si votre constipation dure plus de quelques jours, si elle s'accompagne de douleurs abdominales sévères, de vomissements, ou si elle est résistante aux traitements habituels. Consultez votre médecin si votre constipation entraîne des fissures anales, des hémorroïdes ou une perte de poids inexpliquée.

Prévention de la constipation pendant la chimiothérapie

Ayez une alimentation riche en fibres pour maintenir votre transit intestinal régulier. Les fibres augmentent le volume et la douceur des selles, facilitant ainsi leur passage. Les fibres solubles, présentes dans les fruits, les légumes et les légumineuses, absorbent l'eau et forment une substance gélatineuse qui aide à réguler votre digestion. Les fibres insolubles, que l'on trouve dans les grains entiers et les légumes à feuilles, ajoutent du volume aux selles et accélèrent leur déplacement dans le système digestif. Pour augmenter votre consommation de fibres, intégrez davantage de fruits, légumes et grains entiers dans votre alimentation quotidienne. Remplacez les produits à base de farine blanche par des options de grains entiers, comme le pain complet, le riz brun ou les pâtes complètes.

L'hydratation joue un rôle dans la prévention de votre constipation. Les fibres ont besoin d'eau pour fonctionner efficacement dans votre système digestif. Boire suffisamment d'eau tout au long de la journée aide à ramollir les selles et à faciliter leur passage. Il est recommandé de consommer au moins 8 verres d'eau par jour, mais cette quantité peut varier en fonction de vos besoins individuels. Une bonne hydratation peut vous aider à prévenir d'autres effets secondaires de la chimiothérapie, comme la sécheresse buccale et la fatigue.

L'activité physique stimule les contractions naturelles des muscles intestinaux, vous aidant ainsi à prévenir la constipation. L'exercice régulier améliore également la circulation sanguine, réduit le stress et favorise une meilleure digestion. Même une activité physique modérée peut avoir un impact sur votre santé digestive. Des exercices comme la marche, le yoga et les étirements peuvent être particulièrement bénéfiques. Marcher pendant 20 à 30 minutes par jour peut vous aider à maintenir un transit intestinal régulier. Le yoga, avec ses poses spécifiques comme la posture de la torsion assise, peut masser vos organes abdominaux et améliorer la digestion. Les étirements réguliers aident également à réduire la tension musculaire et à promouvoir la relaxation, ce qui peut favoriser un meilleur transit intestinal.

Maintenir des horaires réguliers pour vos repas et vos selles peut vous aider à avoir un rythme digestif stable. Essayez de manger à des heures fixes chaque jour et d'aller aux toilettes à des moments réguliers pour conditionner votre corps à suivre un cycle digestif prévisible. N’ignorez pas votre envie d'aller à la selle pour éviter la constipation.

Le stress peut affecter votre système digestif et contribuer à la constipation. Intégrer des techniques de relaxation dans votre routine quotidienne peut vous aider à réduire le stress et à améliorer la digestion. Des pratiques comme la méditation, la respiration profonde, et le tai-chi peuvent être efficaces pour calmer votre esprit et détendre vos muscles, y compris ceux de votre système digestif. En prenant le temps de vous détendre et de gérer votre stress, vous pouvez améliorer votre bien-être général et favoriser un transit intestinal plus régulier.

Solutions pratiques pour gérer la constipation

Pour prévenir et gérer la constipation liée à la chimiothérapie, vous pouvez utiliser des laxatifs naturels, tels que les pruneaux et les graines de lin, qui sont efficaces pour favoriser le transit intestinal. Les pruneaux contiennent des fibres et du sorbitol, un sucre-alcool qui aide à ramollir les selles, tandis que les graines de lin sont riches en fibres et en oméga-3, aidant ainsi à réguler la digestion. Intégrez des recettes maison, comme des smoothies riches en fibres et des salades de légumes et de grains entiers, pour prévenir la constipation.

En cas de constipation sévère, les remèdes naturels peuvent être complétés par des traitements médicaux. Les types de laxatifs recommandés incluent les émollients (comme le docusate), qui ramollissent les selles, les stimulants (comme le bisacodyl et le séné), qui augmentent les contractions intestinales, et les osmotiques (comme le lactulose et le polyéthylène glycol), qui attirent l'eau dans les intestins pour faciliter le passage des selles. Consultez un médecin avant de commencer tout traitement pour vous assurer de son adéquation et éviter les interactions avec d'autres médicaments.

En plus des changements alimentaires et des médicaments, certaines thérapies complémentaires peuvent vous offrir un soutien supplémentaire pour gérer la constipation. L'acupuncture, une pratique traditionnelle chinoise, peut aider à améliorer le transit intestinal en stimulant les nerfs de l'intestin. La massothérapie, en particulier le massage abdominal, peut également être bénéfique en stimulant les muscles intestinaux et en favorisant le mouvement des selles. Les probiotiques, présents dans les aliments fermentés comme le yaourt et le kéfir, ou sous forme de suppléments, peuvent rééquilibrer la flore intestinale et améliorer la digestion.

 

Rappelez-vous, la constipation n’est qu’un effet temporaire et peut être surmontée. 

Chez Osmoz Lab, nous prônons l'utilisation de solutions naturelles quand cela est possible. Cependant, si le problème persiste, consultez votre médecin sans délai.

En combinant des remèdes naturels, des changements alimentaires, des traitements médicaux adaptés et des thérapies complémentaires, vous pouvez gérer plus efficacement la constipation liée à la chimiothérapie et améliorer votre bien-être général.
Retour au blog

Laisser un commentaire